CMV & grossesse

Chaque année, 1 enfant sur 150 nait avec une affection congénitale à CMV.  1 enfant sur 750 développera des séquelles.

 

L’infection congénitale à CMV est la cause la plus fréquente de malformations congénitales et de handicaps de l'enfant dans les pays développés

 

 

Quelques données sur le CMV

 

- Le virus le plus souvent transmis de la mère à l’enfant à naître

- Plus fréquent que le syndrome de Down (trisomie 21), le Spina bifida, et le syndrome d’alcoolisation fœtale

- Se transmet par la salive, l’urine, les larmes, le sang, le mucus et d’autres fluides corporels

- Présent en particulier chez les bébés et enfants en bas âge

- Risque majeur pour les femmes enceinte travaillant auprès des enfants : en particulier les personnels de crèche et garderie, les enseignants, les thérapeutes, les infirmières…

 

30 à 50 % des femmes en âge de procréer n'ont jamais attrapé le CMV. Le taux de séroconversion de l'infection à CMV est le même que celui de la toxoplasmose.

Les femmes en contact avec des enfants ( puéricultrices, crèches, institutrices ) sont donc particulièrement à risque et un statut sérologique CMV en début de grossesse doit être pratiqué. Si la notion de cas existe sur le lieu de travail, on peut proposer une éviction temporaire du premier trimestre.

Une absence d'anticorps impose des précautions particulières : lavage des mains répétés, port de gant, de masque.

Primo infection en cours de grossesse

1 à 3 % des femmes s'infectent en cours de grossesse et l'infection est transmise au foetus dans 40 à 50 % des cas. Le risque foetal est majeur en début de grossesse et l'infection le plus souvent asymptomatique
L'infection peut être associée à une fièvre, une asthénie ou un syndrome mononucléosique

Le diagostic d'infection foetale peut être porté pendant la grossesse par détection du virus dans le liquide amniotique et une surveillance échographique ( ventricules cérébéraux ++) nécessaire.

NB : Même en cas d'infection maternelle asymptomatique ( soit 9 cas sur 10 ), 5 à 15 % des enfants présenteraient des séquelles neurosensorielles tardives ( dont la surdité ++).

Les réactivations sont beaucoup moins graves sur le foetus.


Risque foetal

C'est la primo infection qui est à l'origine du risque fœtal le plus grave.
1 à 3 % des femmes s'infectent -primo infection- en cours de grossesse et l'infection est transmise au foetus dans 30 % des cas.
La transmission au fœtus se fait essentiellement pas voie hématogène. L'infection congénitale atteint donc 0,5 à 1% des nouveaux nés. Parmi ceux-ci, 90% naissent normaux, bien que contaminés. Mais 10% d'entre eux présenteront plus tard des séquelles nerveuses ou sensorielles. Elles apparaîtront avant 2 ans.

Les 10% des enfants qui meurent in utéro ou naissent symptomatiques présentant des lésions sévères telles que :

- Prématurité (30 à 50% des cas)
- Microcéphalie
- Calcifications périventriculaires
- Hydrocéphalies
- Hypotrophies, RCIU
- hépatomégalie, hépato-splénomégalie

- Purpura

- Ictère (80% des cas)

- chorio-rétinite (15 % des cas)

 

En Bref :

1 enfant sur 150 nait avec une infection congénitale à CMV
1 enfant sur 750 enfants  naît avec ou développera des handicaps permanents causés par l’infection congénitale à CMV.

 

Le CMV est...
- Au 2e rang de l'arriération mentale,
- La principale cause de la paralysie cérébrale chez les enfants
- La 1ere cause de surdité non héréditaire

 Un nouveau né atteint sur 3 meurt prématurément.