La scolarité

A. Les établissements ordinaires

Vous désirez inscrire votre enfant à l'école maternelle ? Sachez que parfois il s'agit d'un véritable parcours du combattant pour trouver une école prête à accepter nos enfants.

Suivant le handicap de votre enfant, il s'agira d'une intégration scolaire à temps partiel (quelques heures par semaine) et une auxiliaire de vie scolaire (AVS) peut être la condition de son intégration au sein de l'établissement. En effet l'enfant peut parfois avoir du mal à accomplir certains gestes de la vie quotidienne. L'AVS est une aide humaine qui répond à des besoins particulier pour compenser les désavantages lies au handicap dans le cadre scolaire. Elle a donc un rôle très important, elle sert pour :
- l'installation matérielle de l'élève et la manipulation du matériel pour mettre à niveau ses temps de réponse aux situations habituelles d'apprentissage,
- la participation aux sorties de classes, notamment pour les activités physiques et sportives,
- l'accomplissement de gestes techniques (d'hygiène par exemple), hors des compétences paramédicales,
- le suivi du projet d'intégration.
Plus d'information sur le site des AVS

Pour obtenir une auxiliaire de vie scolaire, il convient de saisir la CCPE (Commission de Circonscription Préélementaire et Elementaire) pour les écoles maternelles et primaires et la CCSD (Commission de Circonscription du Second degré) pour le college et le lycée. La demande peut provenir de la famille, de l’école ou d’un service de soins.

De plus, l'élève pour réussir sa scolarité peut avoir besoin d'une matériel pédagogique adapté dont le coût est parfois élevé. L'Etat peut financer ce type de matériel.

Lorsque l'intégration individuelle dans une classe ordinaire n'est pas possible, votre enfant peut être accueilli dans une classe spécialisée (quel que soit son handicap) ouverte dans un établissement scolaire ordinaire, ou dans une structure spécialisée.
En primaire il existe les CLIS (Classes d'Integration Scolaire) qui permettent d'accueillir les enfants de moins de 12 ans dans un environnement scolaire ordinaire tout en bénéficiant des moyens éducatifs, médicaux et paramédicaux nécessaires. Il existe d'ailleurs des CLIS selon la deficience : motrice, intellectuelle, visuelle ou auditive.
Les UPI (Unités Pedagogiques d'Integration) en sont le prolongement au niveau du collège.

Il existe aussi des soutien plus specifiques :
- Des enseignants spécialisés peuvent être mis à la disposition des établissements scolaires pour les enfants présentants des troubles de l'apprentissage. Ce sont les RASED (Réseaux d'Aide Spécialisée aux Enfants en Difficultés). Cette mise en place se fait sur décision de l'Inspecteur de l'Education Nationale avec accord de la famille.
- Certains services relevent du Ministère des solidarités, de la Santé et de la Famille. Ces services sont financés principalement par l'assurance maladie. Il s'agit
- des SESSAD : Services d'Education Spécialisée et de Soin A Domicile : soutient à l'intégration scolaire ou à l'acquisition de l'Autonomie jusqu'à l'âge de 20 ans
- des SESSD : Services d'Education et de Soins Spécialisés à Domicile : pour les enfants à deficience motrice
- des SSEFIS : Services de Soutien à l'Education Familiale et à l'Intégration Scolaire pour les enfants et adolescens atteints de déficience auditive importante.
- des SAAAIS : Services d'Aide à l'Acquisition de l'Autonomie et à l'Intgration Scolaire pour les enfants atteints de déficience visuelle importante ou de cécité.

L'intégration scolaire, individuelle ou groupée, peut se faire à temps plein ou à temps partiel.

Il existe aussi des solution lorsque l'enfant ne peut pas physiquement fréquenter un établissement scolaire.
- L'enseignement à domicile (SAPAD)
- La scolarisation par correpondance avec le CNED : Centre National d'Enseignement à Distance.
- La scolarisation à l'hôpital

De plus des dispositions particulières sont prévues pour permettre aux élèves handicapés de se présenter à tous les examens. Pour cela il faut s'adresser au médecin scolaire.

Apres le lycée il existe de nombreux services pour permettre aux étudiants de poursuivre leurs études.
- l'AGEFIPH : Fonds pour l'insertion profersionnelle des personnes handicapées qui peut prendre en charge des surcoûts liés au handicap de l'étudiant en cycle d'etudes superieures.
- l'AFIJ : Association pour Faciliter l'Insertion professionelle des Jeunes diplomés qui a pour but d'accompagner vers l'emploi.
- le SAUH qui accompagne les étudiants et les aide à résoudre leurs problèmes de scolarité.
- Le CSU qui accompagne et suit des étudiants présentants différents types de déficience (motrices, psychiques, du langage, épilepsie, maladies chroniques....
- La FIDEV s'occupe plus particulièrement de la formation des déficients visuels et l'URAPEDA des déficients auditifs.


B. Les établissements spécialisés

Certains enfants ne peuvent suivre une scolarité dans un établissement ordinaire. Une orientation vers un établissement spécialisé peut s'avérer plus pertinente. Cette orientation est préconisée par la MDPH.

Tous ces établissement peuvent fonctionnet en internat ou semi-internat (prise en charge à la journée)

Ces établissements suivent également les jeunes après la scolariation pour les aider à intégrer la vie profesionnele soit en milieu ordinaire soit en milieu protégé dans les CAT (Centres d'Aide par le Travail) ou AP (Ateliers Protégés)

Il existe différents types d'établissements :

1. Des établissements Medico-Sociaux

Les IME (Instituts Medico-Educatifs) accueillent les enfants déficients intellectuels de 6 à 20 ans. De 6 à 14 ans les enfants sont pris en charge (soins et scolarité) dans les IMP (Instituts Medico-Pedagogiques) puis de 14 à 20 ans dans les IMPRO (Instituts Medico-Professionnels) pour l'enseignement préprofessionnel.

Certains des ces établissements sont appelés IMEP et accueillent des enfants polyhandicapés dès l'âge de 3 ans, d'autres acceuillent les enfants autistes.

Les Instituts Therapeutiques, Educatifs et Pédagogiques (anciennement Instituts de Rééducation ou IR) accueillent les enfants, adolescents et jeunes adultes ayant des difficultés psychologiques avec notamment d'importants troubles du comportement perturbant leur socialisation et leur accès aux apprentissages.

Les IEM (Institus d'Education Motrice) prennent en charge enfants et adolescents atteints d'une déficience motrice.

2. Des établissements sanitaires

Ces établissements proposent aux enfants et adolescents présentant des déficiences psychiques une prise en charge par une équipe pluridisciplinaire qui assure divers activités thérapeutiques en fonction de l'âge de l'enfant.


en savoir plus :
Personnes handicapées - site du gouvernement

Guide handiscol
Association Crisalis pour l'intégration scolaire